Belles de jour et noctambules, bienvenue…

Archives de la catégorie ‘Un bruit de tirelire’

Woody a perdu son mojo…

Je suis allée voir hier soir le dernier film de Woody Allen – Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu – et je suis sortie déçue.

Quoi? Ça? Un film? Allons, un tour en manège, tout au plus et dans une voiture dont le volant tourne dans le vide, qui plus est…

Sur fond de spiritisme (un peu dépassé quand même, depuis qu’on est au XXIème siècle…) deux couples se déchirent. Alfie et Helena ne vieilliront pas ensemble. Un matin, en effet, Alfie a réalisé qu’il était entré dans le troisième âge et, pour lutter contre l’effet inexorable du temps, il s’est lancé dans une cure de jeunisme qui lui fait bientôt épouser Charmaine, bombe sexuelle et gouffre à fric. Helena, elle se console chez une voyante et rêve d’une autre vie.

Quant à leur fille, Sally, elle aussi traverse une crise majeure. Son mari, médecin et écrivain raté, regarde une belle inconnue dans l’appartement d’en face. Pire, il vole le manuscrit d’un de ses amis qu’il croit décédé. Sally s’entiche de son patron mais celui-ci ne cède pas à son charme… et lui préfère une artiste ex-junkie. Quant à sa vie, elle la regarde passer comme une vache le TGV…

Bref, hommes, femmes, grandes névroses et petites trahisons. Les ingrédients habituels d’un film à la sauce Allen. Sauf que là, la sauce ne prend pas, faute d’une histoire pour étayer un peu ces personnages à la dérive. En attendant ce bel et sombre inconnu qui ne vient pas, on a l’impression d’être arrivé au milieu du film et quand le générique de fin se déclenche, il semble qu’on soit toujours au milieu d’une histoire dont on n’aurait pas saisi les tenants et les aboutissants. On sourit à peine et rarement. On n’arrive pas vraiment à s’intéresser à ces personnages ni à la pente savonneuse sur laquelle ils glissent et encore moins à compatir …

Pour voir un vieux beau s’enticher d’une jeune blonde en croyant que ça le fera reverdir, mieux vaut encore aller voir Les invités de mon père, d’Anne Le Ny.

Non, décidément, à soixante-quinze ans, Woody semble avoir perdu son mojo et ce film ressemble à la tentative désespérée de son héros qui veut à tout prix rester dans le coup. Sans y parvenir, évidemment…